Quand le travail – et l’ennui – nous mènent au suicide.

 

Qu’est ce qui mène une personne équilibrée à se suicider au travail ? Comment l’entreprise amène-t-elle, progressivement, à amplifier le mal-être jusqu’à la solution ultime ? Témoignage poignant à écouter et à méditer. On peut ne pas en arriver là. Parlons-en.

A écouter sur Sud Radio en podcast.

Capture d’écran 2016-02-22 à 20.13.02

Chères toutes, chers tous,

Je tenais à vous expliquer mon geste.

J’ai décidé de me suicider face au président, à nos deux vice présidents pour qu.ils ne puissent jamais rejeter leurs responsabilités dans mon suicide, pour qu’ils ne puissent pas dire qu’ils ne savaient pas. (Ils savaient !).

Je n’en peux plus d’arriver au bureau et de ne rien faire.

Je ne peux imaginer continuer ainsi, malgré mes très nombreuses tentatives de sensibilisation.

Je n’ai toujours pas le droit de travailler et d’accéder aux responsabilités qui seraient censées être les miennes (le contrôle des dépenses des services généraux. Pourquoi ?)

Le harcèlement va plus loin puisque mon poids m’est désormais reproché.

Je n’arrive absolument plus à envisager d’avenir.

J’espère que mon geste vous fera toutes et tous réagir et vous faire prendre conscience que vos collègues ne sont pas des chaises ou des tables.

Comme je sais que vous avez toutes et tous peur du chômage, je vous pardonne.

J’espère qu’un jour, vous oserez réfléchir autrement.

Alain.