Méditation : une idée sélectionnée par Pierre Gattaz pour faire «gagner la France»

Lors de l’université d’été du Medef, un ouvrage intitulé « 60 idées pour Emmanuel Macron » a été présenté. Sélectionnées notamment par Pierre Gattaz, certaines sortent clairement des sentiers battus.

Alors que le gouvernement a présenté le 31 août l’intégralité de son projet de réforme du Code du Travail, le Medef tenait son université d’été à Paris les 29 et 30 août à Paris. L’occasion d’un débat d’idées sur le fonctionnement du monde de l’entreprise et de la société qui a pris une tournure relativement iconoclaste avec la présentation de « 60 idées pour Emmanuel Macron », destinées à faire « gagner la France ». Ces propositions de personnalités de la société civile ont été triées et sélectionnées par le patron du Medef…

Le magazine Capital a recensé les idées les plus marquantes. Parmi celles-ci, on trouve notamment le droit à la méditation en entreprise, « La méditation permet de réduire le stress, d’accroître l’empathie, de développer l’intelligence émotionnelle, mais aussi d’améliorer la communication avec les autres […] Le salarié peut voir sa productivité s’améliorer », écrivent-ils.

10 minutes de méditation par jour au bureau pour une “productivité positive”

Le droit à la méditation en entreprise : voilà ce pour quoi militent Romain Rainaut et Grégory Mollet-Vieville, fondateurs de CYD, une société permettant de faire du sport gratuitement en communauté. “La méditation permet de réduire le stress, d’accroître l’empathie, de développer l’intelligence émotionnelle, mais aussi d’améliorer la communication avec les autres, le lien social. À partir de cet impact positif sur sa journée, le salarié peut voir sa productivité s’améliorer”, défendent-ils, fixant le curseur à 10 minutes par jour. De là à ce que le gouvernement l’inclue dans sa réforme du droit du travail…

S’il n’est pas certain que ces propositions soient un jour mises en application, elles ont cependant le mérite de remettre en cause certains modes de pensée. Le nouveau locataire de l’Élysée, qui a fait part de sa volonté de moderniser la France, y sera-t-il sensible ? Yes !